Les déplacements doux dans les territoires périurbaines.

28 janvier 2020 Non Par admin

Introduction

Cet article décrit la méthodologie et les éléments mobilisés au cours d’un stage de 5 mois dans la commune de Ruelle-sur-Touvre (Charente). Ce stage consistait à créer un réseau d’itinéraires de randonnée dans le territoire communal, afin de favoriser les déplacements non motorisés et déplacer la voiture du centre-ville. 

Seront présentés dans un premier temps, une description de la mobilité actuelle et des enjeux du transport en termes d’énergie. Dans un deuxième temps, une analyse des besoins spécifiques du territoire incarné dans l’offre de stage. Et en conclusion une analyse des premiers résultats ainsi que le développement du projet.

Contexte de l’offre de stage

Le réchauffement climatique est un phénomène naturel, accentué par l’activité humaine (industrie, transport, agriculture, entre autres), le modèle de consommation, l’exploitation des ressources naturelles et la pollution de l’environnement. Il s’agit de facteurs directement liés à l’augmentation des températures actuelles. C’est pourquoi la préservation de l’environnement est aujourd’hui l’un des thèmes centraux de la politique mondiale. Un exemple clair est la présence de plus en plus prégnante au Parlement européen des parties politiques, tels que Europe Ecologie Les Verts (EELV), Urgence écologique ou le parti animaliste, qui ensemble représentent 17,46 % des sièges du parlement (La tribune, 2019).  

Etat des lieux de la mobilité actuelle  

L’un des facteurs qui contribuent particulièrement au réchauffement climatique concerne les émissions produites par les moyens de transport de la mobilité actuelle (avion, voiture, bateau, etc.). C’est pourquoi les gouvernements ont concentré leurs efforts sur la transformation de leurs territoires, afin de faciliter les déplacements non motorisés, notamment pour les déplacements quotidiens.

Il est nécessaire de prendre en compte le rôle central dans la mobilité actuelle de la voiture. En effet la voiture est un moyen de transport énergétiquement peu efficace, qui a connu un développement rapide dans le monde entier par des facteurs économiques et sociaux, mais qui a un impact négatif considérable sur l’environnement. Le coût environnemental est déjà très élevé, cependant les impacts négatifs de ce moyen de transport ne sont pas seulement représentés par la dégradation de la planète. Il s’agit également d’une charge économique pour les ménages et l’Etat : « Aujourd’hui, les dépenses pour le transport des ménages, de l’administration et des entreprises s’orientent encore clairement en faveur de la route (montants 2012) : 80% de la dépense totale de transport de la France (327 Md€ représentant 18,6 % du PIB) est dédié à la route. Les ménages français ont dépensé 14% de leur budget de consommation globale pour le transport dont 80% (140 Md€) pour la route. Sur 20,4 Md€ d’argent public investis dans les infrastructures, 55 % l’ont été pour la route et 5% pour l’aérien, contre 22% pour le réseau ferré et 16% pour le transport public urbain. » (RAC-F, 2014).

Territorialisation de l’usage de la voiture aujourd’hui. Le Grand Angoulême et ses tendances.

Après la réforme territoriale de 2015 qui a intégré le département de la Charente dans la région Nouvelle-Aquitaine, à partir du 1er janvier 2016, le Grand Angoulême (préfecture de la Charente), a créé l’Atlas du Grand Angoulême version 2019. L’atlas présente la mobilité et les déplacements quotidiens de ses habitants, comme axe culturel et de transformation territoriale, parmi les 16 thèmes principaux. En termes de déplacement, l’automobile reste le moyen de transport le plus important pour les actifs qui habitent dans le grand Angoulême pour effectuer les déplacements pendulaires (84% d’entre eux). En matière de transports en commun et de déplacements doux, l’ensemble de ceux-ci ne représente que 11,9% de la mobilité sur le territoire. Parmi ce pourcentage, les déplacements à « deux roues » ne représentent que 1,9%, dépassés par la marche à hauteur de 5,1%, malgré les limitations de distance et de durée des déplacements de ce type. Ces résultats constituent la base des nouvelles politiques de mobilité dans l’agglomération, qui visent à décourager l’utilisation de la voiture et à donner la priorité aux autres types de transports énergétiquement durables. 

(Atlas de Grand Angoulême, 2019)  
Figure 1 : Modes de transport utilisés par les actifs travaillants sur le Grand Angoulême 

Missions au sein du stage

La mairie de Ruelle sur Touvre, engagée dans la démarche du Grand Angoulême en matière de mobilité, transition énergétique et de transformation territoriale, a décidé de travailler sur différentes initiatives qui visent à améliorer la qualité de vie de ses habitants. 

Dans ce cadre, la création du projet de “cheminement doux” est un projet mené par la mairie, résultant de l’intérêt des habitants et de ses élus, pour changer la dynamique de leur territoire en matière de transport.  “La ville aspire à donner une plus grande place au piéton (et au cycliste) dans la ville et à une réappropriation des berges de la Touvre : elle souhaite valoriser les cheminements doux.” (extrait de l’offre de stage “ Cheminements doux”, Mairie de Ruelle sur Touvre)

Dans le but d’améliorer les résultats du projet, la mairie s’est placée en tant qu’interlocuteur entre ses habitants (associations de randonneurs, syndicats de protection de l’environnement, etc.) et les agents de la région Nouvelle Aquitaine en charge de la mise en place de projets de randonnée. De même, la mairie travaille dans la création et la mobilisation d’outils, qui facilitent l’échange entre les différents acteurs qui participent à ce projet. “La mairie a inscrit ses chemins ruraux au Plan départemental des itinéraires de promenade et de Randonnée.” En parallèle, un travail est mené avec l’association Vélocité afin d’établir un schéma cyclable sur la ville et un bureau d’étude a été recruté pour mener une réflexion globale sur le schéma de circulation dans la ville. Les élus souhaitent passer à, l’étape suivante et créer des cheminements doux qui permettraient de créer des boucles de randonnées et de promenade à partir de l’existant. De même, la ville possède quelques parcelles de terrain non exploitées le long de la Touvre et souhaite les mettre en valeur par des aménagements spécifiques (jardins familiaux, chemins, aire de pique-nique, etc…). (extrait de l’offre de stage “ Cheminements doux”, Mairie de Ruelle sur Touvre)

Les missions effectuées au cours du stage ont été centrées surtout sur la création des sentiers de randonnée et la valorisation du patrimoine communal (historique et naturel). Cette mission a été présentée sur l’offre de stage de la manière suivante : “Création d’une trame de cheminements doux reconnaissables par un jalonnement spécifique, tant pour les randonnées et les promenades que pour les déplacements urbains.” Ce travail s’effectuera en collaboration avec divers acteurs (service culture de la ville, club de randonnée, office du tourisme, Département, association Vélocité, Grand Angoulême, GAMA, etc…). Ce travail intégrera la problématique du raccordement du quartier de Villement au centre-ville par le biais de ces cheminements, -, et, – Accompagnement du travail en cours sur le schéma cyclable afin de l’intégrer au projet global. Cette mission comprend également un volet communication à mettre en place auprès des habitants (en lien avec l’apprentie communication)”

Cette mission reflète l’engagement de la mairie pour le renouvellement et la dynamisation de l’offre de transports dans sa commune, pour répondre aux enjeux de mobilité de son territoire. En ce sens, le projet s’inscrit comme un élément complémentaire du nouveau système de transport du Grand Angoulême. Les éléments, les outils et les acteurs mobilisés dans le projet de cheminement doux ont été efficacement intégrés dans le processus du début à la fin, cet accompagnement vise à assurer que les résultats soient transversaux, ce qui facilite l’appartenance communautaire.

Résultat et projections 

Réseau d’itinéraires de randonnéeCommune de Ruelle sur Touvre

Fabian Ruiz, 2019

En ce qui concerne les résultats du travail réalisé avec le réseau d’acteurs de la commune (agents de la Marie, associations, citoyens, communes voisines), un schéma d’itinéraires de randonnée a été créé pour la ville de Ruelle-sur-Touvre. Ces itinéraires valorisent le patrimoine naturel et historique de la commune à travers des “points remarquables”, où des panneaux ont été installés pour donner des informations complémentaires, lesquels visent à valoriser la richesse de ces patrimoines. Les travaux d’aménagement ont débuté, avec la signalisation puis la sécurisation de ces espaces. Ces itinéraires intègrent aussi presque la totalité des chemins ruraux inscrits au PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée), ce que garantit une partie du financement donné par l’office de tourisme du Grand Angoulême. 

L’avenir du projet “cheminements doux ” de la commune de Ruelle-Sur-Touvre s’annonce positif. La transversalité de ses objectifs répond aux enjeux du territoire en matière de mobilité, en plus de créer des nouveaux espaces d’échange entre les habitants et de promouvoir la richesse naturelle de la commune. L’intégration de ces espaces d’échange dans d’autres projets permet aux habitants de s’approprier le territoire, en plaçant les patrimoines naturels et historiques au centre de la nouvelle dynamique du territoire. 

De plus, le projet s’intègre à une démarche régionale pour promouvoir les nouvelles formes de déplacement. Le travail de certaines communes comme Bouex, qui s’investit, depuis les années 1990, dans la création des itinéraires de randonnée dans sa commune, est la base des travaux des communes comme Ruelle sur Touvre et la plupart des communes du Grand Angoulême. Comme résultat dans le territoire, différentes communes annoncent leurs nouveaux itinéraires de randonnée, lesquels font partie d’un réseau de randonnée dans le département de la Charente.  

Bibliographie

La tribune, mai 2019, Résultats des Européennes 2019 : la « surprise Verte ». 

Disponible sur : https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/resultats-des-europeennes-2019-la-surprise-verte-818619.html 

Réseau Action Climat France (RAC-F), 2014, Institut négaWatt Fink et Legrand, La transition énergétique du secteur des transports Un plan d’action : comment financer l’exploitation des gisements d’efficacité énergétique du secteur ?   

Disponible sur : http://www.institut-negawatt.com/fichiers/etudes/2014_FFREE_Transport.pdf. 

Grand Angoulême, 2019, atlas de Grand Angoulême, mobilités et déplacements, modes de transport utilisés par les actifs travaillant sur Grand Angoulême en 2014.  

Disponible sur : http://www.grandangouleme.fr/wp-content/uploads/2019/04/Atlas-de-GrandAngoul%C3%AAme-2019.pdf